Broderies

 

<<Cette petite œuvre est née d’une amitié entre deux artistes, un peintre et une brodeuse.

De la peinture d’Antoine Picot émane une force exaltée, une énergie vive, un mouvement constant, une émotion violente. De mes broderies, une lente contemplation, une patiente minutie, une délicatesse maladroite. De la rencontre de nos deux univers émerge une harmonie vivante, entre introspections et frénésies créatrices.

Ce petit tableau est un bijou aux nuances innombrables. Les grains de pastel et les coups de pinceau, matiérés et texturés, évoquent des points de broderie.

Durant les longues heures passées sur ce travail, j’ai ressenti toute la puissance des travaux d’Antoine.

Ceux ci se prêtent fondamentalement au textile et à la haute couture par leur richesse chromatique, qui reflète les mille couleurs de l’âme humaine.>>

Lou Salamon

<<J’ai rencontré Lou en 2016 lors d’une exposition dans la Galerie Am’Carta à Aubusson. Elle travaillait alors comme stagiaire chez une de mes amies, lissière.

En 2017, presque par hasard, j’ai revu Lou lors d’une de mes expositions aux Bois-Blancs à Lille, région où elle avait été étudiante à l’ESAAT.

Elle était devenue brodeuse, elle me dit qu’elle aimait ce que je faisais et qu’elle ferait volontiers l’expérience de traduire un de mes pastels en broderie.

Elle choisit un petit format très dense, riche en couleur et le travailla depuis une photographie.

Un beau matin de septembre, en 2018, je recevais par la poste le premier essai (Référence LSAP1). L’objet m’a semblé si étrange que j’ai réalisé que quelque chose d’inattendu était en train de se passer.

J’ai souvent eu Lou au téléphone, à partir de ce moment, qui me demandait d’autre modèles à broder. Nous avons convenu d’un rendez-vous et j’ai pu lui montrer mes réserves d’œuvres dans mon atelier d’Aubusson.

La production de début 2016 l’a particulièrement inspiré. Nous choisissions dans cette période des travaux qu’elle allait broder.

Puis la fin de l’année est venue avec ses préparatifs pour l’exposition à la Tour Saint-Aubin d’Angers.
Je pensais présenter exclusivement mes pastels. Mais devant l’enthousiasme de Lou, j’ai modifié la proposition faite à la ville d’Angers : <<En Filigrane>> fut le titre choisi. L’exposition aurait pour sujet une collaboration unique : un échange entre deux personnalités très différentes, entre un art pictural et un art textile. Sur l’affiche, l’illustration choisie fut un photomontage où coexistaient le pastel et la broderie dans une même énergie.

Finalement six broderies me sont parvenues, toujours par voie postale. Je faisais les encadrements au fur et à mesure de leurs arrivées (le dernier le matin même de l’accrochage!).

Puis, Lou arriva de Quimper, où elle était en stage chez Pascal Jaouen, le soir du vernissage afin que nous puissions accueillir un public angevin avide d’explications. Nos interviews sont à retrouver en ligne sur le site d’Angers Télé et dans le Courrier de l’Ouest.  >>

http://antoinepicot.fr/articles-de-presse/

Savennières, février 2019.

Antoine Picot.